Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 12:27



La série documentaire "Justice à Vegas", coproduit par Arte et qui sera diffusée en juin 2009 sur la chaîne franco-allemande, a été récompensée par l'International documentary Association de Los Angeles, début décembre. Ce documentaire en dix épisodes, réalisé par Rémy Burkel, Denis Poncet et Jean-Xavier de Lestrade, suit cinq affaires judiciaires à Las Vegas, "une ville à la croissance démesurée et à la criminalité galopante".
Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 11:21


le jeudi 27 novembre 2008 à 04:00

F08dd529c5dc4025f2cb504736565ed9

La tâche est malaisée. Il s’agit de témoigner, en restant crédible, du plaisir pris à recevoir ces confidences-là, précieuses car rares. Disons-le tout net et restons-en là : Sandrine Briclot, auteur-réalisateur des documentaires que diffuse la chaîne Planète Justice, est journaliste à France-Soir. Elle y tient chronique des palais et, à ce titre, côtoie régulièrement les vingt avocats qui ont accepté de se livrer. Ils comptent parmi le cercle restreint des pénalistes courus, le « club des 500 » – au moins 500 dossiers plaidés aux assises.

Ces « ténors du barreau », ainsi désignés parce que leur voix porte haut la parole de l’accusé, qu’elle lui permet d’être entendu et si possible cru, dévoilent ici, pour la première fois à la télévision, le pan inconnu de leur profession. Que se dit-il au parloir des prisons ? Comment vivent-ils leur relation avec un criminel ? Ont-ils le trac avant de plaider ? Quel regard portent-ils sur le juge d’instruction, sur le président ou l’avocat général, croisent-ils celui des jurés à l’heure du verdict ?

Se souviennent-ils seulement de leur premier procès ? Aux questions posées, ils répondent sans détours, parfois avec humour, tel Joseph Cohen-Sabban qui n’a pas oublié son baptême du feu : « Maman m’avait apporté une banane pour la suspension d’audience, ce qui m’a couvert de ridicule auprès de mes copains pendant dix ans. » Philippe Lemaire n’a pas oublié le conseil de son mentor : « Tu plaides pour le gendarme qui dort. S’il se réveille, c’est que tu plaides bien. »

« Je suis très sensible aux victimes »

Au fait, d’où viennent ces pénalistes ? Ont-ils tous grandi, tel Me Lemaire, dans une famille où l’on endosse la robe de père en fils ? Certainement pas. Le hasard a mené là François Gibault, « parce que j’avais raté l’Ena et un certain nombre d’autres examens. » Eliane Keramidas souhaitait être actrice, Jean-Yves Liénard vendait des chaussures. « Je me serais très bien trouvé de ne rien faire, à lire des livres et peut-être en écrire », avoue Thierry Levy.

La révélation s’est imposée à Eric Dupond-Moretti quand Christian Ranucci a été guillotiné. Gilbert Collard a toujours été sensible aux victimes : « Dans ce pays administratif où les coups de tampon remplacent les coups de cœur, elle est abandonnée. » Certains regrettent la rigidité de quelques magistrats : « Le juge d’instruction est un personnage schizophrène, déplore Me Dupond-Moretti. On lui demande d’instruire tout à la fois à charge et à décharge, ce qui est ridicule. On ne peut pas vous demander de faire tout et son contraire. » Paul Lombard supporte mal le président lorsqu’il se « considère propriétaire du procès et mène l’audience avec autoritarisme. » Jean-Louis Pelletier, qui évoque ses liens avec Jacques Mesrine, dit souffrir lorsque sonne l’heure de la plaidoirie, cependant moins que son confrère Dupond-Moretti qui a « vécu dix ans avec l’impérieuse et détestable nécessité d’aller vomir avant de plaider. »

Tous, enfin, vivent l’enfer pendant les délibérations. Sophie Bottai dit que « c’est le moment le plus affreux du métier. » A l’époque où il fumait, Joseph Cohen-Sabban grillait jusqu’à deux paquets de cigarettes : « Désormais, je me mets sous bêtabloquants la veille. » Ces confidences d’avocats renseignent sur la qualité et la profondeur de leur engagement. « C’est un métier qui est dur, conclut Jean-Louis Pelletier, mais on y croit. C’est un beau métier. »

Ténors, confidences d’avocats, premier et deuxième volets diffusés à partir de 20 h 45 ce soir sur Planète Justice (plusieurs rediffusions sont programmées).

 


Extraits choisis


La prison

Eric Dupond-Moretti : « Si on enfermait un ours des Carpates, ou des Pyrénées, dans les conditions qui sont celles des hommes, on aurait des milliers de gens dans la rue. Les règles de la Direction des services vétérinaires sur la détention des animaux de compagnie, des chiens en particulier, sont plus exigeantes que pour la détention des hommes. Mais je suis sûr que certains téléspectateurs vont penser que les chiens n’ont rien fait de mal. »

Les jurés

Sur quels critères les avocats récusent-ils les jurés ? Philippe Lemaire « n’aime pas les gens qui ont des moustaches. Et c’est rare que je garde un chauffeur de taxi ». Jean-Yves Liénard : « Je préfère les gens qui ne sont pas trop âgés. Je le dis, bien que déjà ma carte Vermeil se froisse un peu dans mon portefeuille. Je préfère les gens qui ont un accès à la culture. Je n’aime pas les femmes au foyer, car j’ai l’impression que vingt ans de casseroles, cela abêtit, sauf exception. » Jean-Louis Pelletier se décide aussi en observant « la physionomie, l’allure, la dégaine ». Eric Dupond-Moretti n’a plus le même regard sur les jurés depuis que l’une d’entre eux l’a épousé…

L’accusé

Pour Henri Leclerc, le parloir avocat à la prison sert surtout à nouer des liens : « On ne défend bien que les gens qu’on connaît. Si l’on veut réussir à redonner de l’humanité à celui que l’on défend, alors que les actes qu’il a commis sont souvent révoltants, il faut bien le connaître, pouvoir bien parler de lui. Cela ne peut pas être factice. » Jean-Yves Liénard admet qu’il est difficile « de bien comparaître » : « C’est rester crédible, c’est exprimer une sensibilité qui ne soit pas ridicule, ça nécessite un vrai talent. Si vous pleurez trop sur le sort de votre victime, on vous accusera de faire des grimaces opportunistes pour attendrir vos juges. Si vous ne dites rien, on pensera : “Quelle froideur ! Même devant sa victime, il n’a pas ce petit mot qu’on attendait de lui…” »

 


Les “ténors” invités au festival Justice à l’écran

Dans l’ombre et Dans la lumière, les deux volets du documentaire réalisé par Sandrine Briclot et produit par Arnault Poivre d’Arvor et Sébastien Bruneau (Phare Ouest Productions), méritent une large diffusion et devraient être montrés aux étudiants qui souhaitent embrasser la carrière d’avocat. La journaliste, qui a eu l’excellente idée de s’effacer au profit des confidences, qui laisse aussi parler les hommes et femmes interviewés sans les soumettre aux multiples coupes qui d’ordinaire polluent le discours et la réflexion, offre un recueil de témoignages digne de figurer dans les annales, d’autant que la majorité des conseils sollicités ne s’étaient jamais prêtés à l’exercice. Leurs propos sont enrichis des saisissants dessins de l’aquarelliste-reporter Noëlle Herrenschmidt, qui collabore au Monde. Le film a été sélectionné pour clore le festival grenoblois Justice à l’écran, présidé par Yves Boisset, qui s’achève samedi soir. Planète Justice propose par ailleurs de nombreuses rediffusions tout au long du mois de décembre.

 

 

Edition France Soir du jeudi 27 novembre 2008 n°19965 page 9


Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 13:40


Réagir

Daniel Karlin et Rémi Lainé réalisateurs

Citant saint Augustin et partant du principe «qu’on ne peut aimer que ce que l’on connaît», le Conseil supérieur de la magistrature préconise désormais l’ouverture des prétoires aux caméras. «Les tribunaux doivent s’ouvrir aux modes actuels de communication : on ne peut pas à la fois faire le constat d’un important déficit de l’institution judiciaire en ce domaine et rejeter toute réflexion sur l’entrée des micros et des caméras dans les prétoires. L’image et le son sont en effet de loin désormais les premiers vecteurs d’information du grand public. Si la justice veut espérer mieux se faire connaître et comprendre, il lui faudra bien se tourner vers ces médias et pas seulement vers la presse écrite, seule actuellement à entrer dans les salles d’audience et à relater directement ce qui s’y passe.» Les membres du CSM ont raison : lorsque des règles sont clairement définies et respectées, justice et télévision font plutôt bon ménage.

En 1992, France 2 créait un événement documentaire et judiciaire en diffusant Justice en France, une série de neuf films de quatre-vingt-dix minutes. Pour la première fois, une équipe de télévision, la nôtre, avait pu trois ans durant et en toute liberté filmer le fonctionnement de l’appareil judiciaire français.

Depuis 1954, et la ruée indécente des cameramen et photographes au procès Dominici, il était devenu théoriquement impossible de filmer ces audiences ordinaires : un décret - et non une loi - a en effet interdit alors la présence d’appareils d’enregistrement dans les enceintes judiciaires. En 1992, dans la même démarche que celle aujourd’hui préconisée par le CSM, Pierre Arpaillange, garde des Sceaux de l’époque, nous avait autorisés à rendre compte pour le grand public du fonctionnement de l’appareil judiciaire français.

Nous avions alors établi des règles: les tournages s’étaient faits avec l’accord préalable de tous les justiciables, des magistrats et gens de justice concernés. Puis les séquences montées dans lesquelles ils apparaissaient avaient été montrées aux uns et aux autres, avec toute possibilité pour eux de modifier voire supprimer leur image du montage final.

Notre expérience de 1992 et d’autres qui l’ont suivie, tels les films de Raymond Depardon Délits flagrants ou Dixième Chambre , ont ainsi prouvé qu’il était possible de filmer les procès dans une démarche éthique, et sans porter atteinte à la sérénité et l’impartialité des débats. Mieux, sous le regard des caméras, la justice se montre d’une haute tenue. Les formes sont respectées scrupuleusement, les magistrats donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Partant de ce constat, nous proposons dans un premier temps la création d’une chaîne justice à titre expérimental, et pour une durée limitée, de l’ordre de trois ans par exemple. Elle pourrait trouver sa place sur la TNT et fonctionner dans le même esprit que la chaîne américaine Court TV, c’est-à-dire en suivant chaque jour et dans leur intégralité des procès en direct, avec en permanence l’incrustation de l’image d’un commentateur (magistrat, avocat, juriste) expliquant aux téléspectateurs le déroulement des débats et le sens des échanges. Cette chaîne aurait pendant cette première période l’exclusivité de la retransmission des procès (à charge pour elle de donner aux autres chaînes libre accès à ses images selon des modalités à définir) et les enseignements tirés de cette expérience permettraient à l’issue des trois ans de définir une politique nationale de retransmission des cérémonies judiciaires.

A partir d’un cahier des charges strictement défini et sous le contrôle d’un haut comité composé de personnalités incontestables, cette chaîne devrait montrer les instances civiles au même titre que les instances pénales, de manière à donner un aperçu exhaustif de la justice française.

La justice civile (conflits d’intérêts privés, justice commerciale, prud’hommes, tutelles, protection des mineurs, contentieux de la famille - divorce, adoption), trop souvent négligée, véhicule elle aussi sa charge de tensions et d’émotions et peut se révéler identificatoire pour la grande majorité des citoyens. Les soirées et les nuits seraient consacrées à des résumés des événements de la journée, des films sur la justice des autres pays, des émissions de débats et de réflexion.

Nous sommes persuadés qu’une telle entreprise non seulement est viable en France, mais est même concevable sans apport d’argent public. A condition, bien entendu, d’obtenir le soutien de la chancellerie. Elle ferait entrer officiellement l’audiovisuel dans les prétoires, avec un souci strict (et exemplaire pour l’avenir) du respect des magistrats, des justiciables, et au-delà, de la justice elle-même et des spectateurs, c’est-à-dire de la nation.

Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 13:40

France_3 France 3 - 20h55


Durée : 2 heures

Sous-titrage malentendant (Antiope).

Stéréo

Interdit aux moins de 10 ans.

Le sujet

Trois procès d'assises dans l'Oise, autant de tragédies et plus encore de vies brisées, racontés par leurs acteurs, magistrats, experts et familles des victimes.

Jeannot Riefflé, un mécanicien au chômage, sous le coup de la boisson, a grièvement blessé sa femme qui lui annonçait qu'elle le quittait, puis s'est remis à boire jusqu'à l'arrivée des gendarmes et à une nouvelle fusillade. David Anssens a abattu son père, dont la tyrannie s'exerçait sur toute la famille. Deux jeunes d'un petit village ont masssacré un cadre parisien pour lui voler sa carte de crédit et financer leurs projets de voyage. Ces trois tragédies se sont déroulées dans le département de l'Oise où elles sont jugées en procès d'assises. Magistrats, experts, journalistes et familles des victimes témoignent. Des jurés, également, qui, s'ils ne peuvent pas commenter le déroulement du procès, abordent le dilemme moral qu'ils ont dû affronter.

Plume-gris

La critique

La cour d'assises est une arène où se déroule un combat à trois, entre l'accusé, sa victime et la société; un théâtre où ne se rejouent que des drames; un concours de joutes verbales où l'éloquence est l'arme imparable. A quoi tiennent quelques années de prison de plus ou de moins ? Aux faits bruts, bien sûr, énoncés dans l'acte d'accusation, et soutenus par les pièces à conviction que manipuleront les jurés. Mais surtout à l'inflexion d'une voix, à une attitude, aux sanglots réprimés d'un coupable. Tout ce qui forgera l'intime conviction, cette certitude qui germe au fond du coeur du président, de ses deux assesseurs, et surtout des neuf jurés siégeant à leurs côtés. Neuf citoyens tirés au sort sur les listes électorales, qui le plus souvent ne connaissent rien à la justice, mais devront prononcer des peines lourdes pour juger les infractions les plus graves que sont les crimes - vols à main armée, viols (depuis 1980), meurtres, assassinats avec préméditation.
Dans ce documentaire dont la densité tient plus à l'émotion que suscitent ces procès qu'à l'affirmation d'un point de vue de narration, Amal Moghaizel relate trois affaires jugées lors d'une même session de trois semaines par la cour d'assises de Beauvais. Sous la présidence à la fois douce et ferme de la magistrate Cécile Simon se dérouleront trois pièces sobrement découpées en actes : l'interrogatoire (de l'accusé), les témoignages (des familles, des experts), le réquisitoire (de l'avocat général, qui réclame une peine au nom de la société), les plaidoiries (de l'avocat de la défense, de l'avocat des parties civiles) et, enfin, le verdict. Alcool, violences : dans la même lie macèrent les mêmes méchancetés. Les jurés, précipités dans ce concentré de passions humaines, gênés par ce grand déballage d'intimité, approcheront cet autre qui ne diffère pas tant : l'accusé, présumé innocent, auquel le doute doit toujours profiter.
Jeannot Riefflé est un alcoolique oisif. Sa femme le quitte, il la ligote, la tape. Alors qu'il va chercher une bière, elle se libère, court vers la porte. Il tire, elle sort en sang. Il se barricade, tire sur les gendarmes. Le GIGN arrêtera «le forcené de Cannectan- court», comme dira le journal que liront ses copains de bistrot rigolards. Jeannot a tout du pauvre hère bredouillant. Depuis quatre ans, il est en préventive, a rencontré deux avocats commis d'office et son dossier est passé entre les mains de quatre juges d'instruction. «Je jure devant mes gosses et Dieu que je voulais pas la tuer !» Verdict : dix ans.
David Anssens est un jeune homme traité comme un chien par un père violent qui bat sa femme et ses enfants : il a lancé une bouteille en verre au visage de sa fille, a essayé de l'étrangler, a poussé sa femme à l'échangisme, frappe tout le monde avec son ceinturon affectueusement surnommé Mirza. Les voisins détournent les yeux, les services sociaux ne se mêlent pas de l'affaire, les gendarmes rédigent une main courante. Jusqu'à ce que la goutte d'eau fasse exploser le vase. Une énième dispute à table, David se lève, fonce dans sa chambre chercher la 22 long rifle, braque son père et tire. Ce dernier sombre dans le coma, puis meurt. Contre toute évidence, David invoque l'accident. Sa mère, toujours sous l'emprise de son mari, même mort, n'a «rien vu rien entendu». David n'a fait que deux ans de préventive. Il comparaît libre, a trouvé une compagne et un travail. Verdict : cinq ans, dont trois ans et demi avec sursis. David ne retournera pas en prison.
Benjamin Copel est un jeune homme égocentrique, froid et instable, adopté à l'âge de deux mois. Lucile est fragile, influençable, et a été violée très jeune. A eux deux, ils forment un couple infernal, la tête remplie de sales combines. Jusqu'à l'effroyable scénario. Lucile est l'appât. Frédéric Heller, la victime. Le jeune homme de 24 ans emmène la jeune fille au cinéma. Ils font monter un auto-stoppeur : Benjamin. C'est un guet-apens. Lucile et Benjamin menacent Frédéric. Ils veulent sa carte bancaire. Le braquage tourne à l'horreur. Benjamin frappe Frédéric avec une hache. Son cadavre atrocement mutilé ne sera retrouvé que dix jours plus tard au pied d'un pylône. Rien ne sera filmé des explications millimétrées des experts. Verdict : douze ans pour la jeune femme, mineure au moment des faits; trente ans de réclusion criminelle pour le jeune homme. Avec, pour les jurés, un impératif : éloigner Benjamin de la société car il pourrait récidiver.
Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 13:32

http://s.liberation.fr/_looks/liberation/images/main_logo_329x101.gif

Fabienne Nicolas magistrat, déléguée du Syndicat de la magistrature pour la cour d’appel de Nancy.

QUOTIDIEN : mercredi 9 juillet 2008


5 réactions  

A tous ceux qui pensent que l’indépendance de la justice n’est qu’un confort destiné à des magistrats irresponsables. A tous ceux qui soutiennent que la non-rétroactivité des lois pénales n’est qu’un principe destiné à assurer l’impunité des criminels. A tous ceux qui estiment que la liberté de parole du procureur à l’audience n’est qu’un vieil adage permettant à des substituts rebelles de s’affranchir de la tutelle hiérarchique. A tous ceux qui refusent de s’intéresser aux réformes en cours au motif que le droit n’est qu’un ensemble de règles complexes ne concernant que les juristes et les délinquants. Enfin, à tous ceux qui prétendent que la colère et l’inquiétude des magistrats et des avocats ne sont que des réflexes corporatistes d’une caste privilégiée.


http://www.encyclocine.com/films/en16443.jpgA tous ceux-là, je leur propose de voir ou de revoir le film de Costa-Gavras, Section spéciale. Ils y découvriront un ministre de l’Intérieur faire adopter une loi pénale rétroactive en contradiction avec tous les principes généraux du droit. Ils y verront un garde des Sceaux choisir ses juges et assurer une promotion rapide aux plus serviles. Ils y verront un substitut requérir, en contradiction avec sa conviction, la peine de mort par soumission à sa hiérarchie. Ils y verront des juges appliquer une loi illégale et condamner sans preuves à des peines exorbitantes par lâcheté et carriérisme. Ils y verront des avocats impuissants face à l’arbitraire et à l’effondrement de l’Etat de droit, Ils y verront les vies brisées d’individus pris dans les filets d’intérêts politiques jugés supérieurs. Ils y verront une justice asservie à un exécutif reniant les principes hérités de 1789 dans l’indifférence générale.

C’était en 1941. La France était occupée, la République à terre. Quel péril justifie aujourd’hui la remise en cause de principes aussi fondamentaux pour la garantie de nos libertés que la non-rétroactivité des lois pénales, la liberté de parole à l’audience des magistrats du parquet, l’indépendance de la magistrature ? La loi instituant la rétention de sûreté, la «caporalisation» des parquets, la soumission du futur Conseil supérieur de la magistrature au pouvoir politique, l’introduction dans la future Constitution de la possibilité de voter des lois rétroactives sont autant de brèches dans notre Etat de droit. Il me paraît temps que tous s’en inquiètent.

 


Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 22:09

LE MONDE | 24.05.08 | 15h35  •  Mis à jour le 24.05.08 | 15h35

n permis de douter a été décerné, mercredi 21 mai, par la cour d'appel de Paris, dans l'affaire qui oppose, depuis sept ans, France 2 et Charles Enderlin au directeur d'une agence de notation des médias, Philippe Karsenty, à propos des images de la mort de, Mohammed Al Dura, 12 ans, dans les bras de son père à Gaza. Réalisées en septembre 2000, ces images et leur commentaire affirmant que l'enfant palestinien avait été tué par des tirs "venus des positions israéliennes", sont devenues emblématiques de la cause palestinienne.

Reprenant les accusations lancées par une agence franco-israélienne, Metula News Agency, M. Karsenty avait qualifié ce reportage de "supercherie" et d'"imposture" sur son site Mediaratings. Condamné pour diffamation en octobre 2006 par le tribunal correctionnel de Paris, M. Karsenty avait fait appel.

Dans son arrêt, la cour infirme le jugement de première instance en reconnaissant la "bonne foi" à M. Karsenty qui "n'a pas dépassé les limites de la liberté d'expression". "Il est légitime pour une agence de notation des médias d'enquêter, ne serait-ce qu'en raison de l'impact qu'ont eu (ces) images, sur les conditions dans lesquelles le reportage en cause a été tourné et diffusé", note la cour dans son arrêt.

Si elle ne se prononce pas sur le contenu du reportage diffusé sur France 2, elle relève que "l'examen des rushes ne permet plus d'écarter les avis des professionnels entendus au cours de la procédure" qui avaient mis en doute l'authenticité du reportage. "On a mis sept ans à obtenir ces rushes. On en attendait 27 minutes, on est passé à 18. Pourquoi ?" s'était interrogé l'avocat de M. Karsenty, Me Patrick Maisonneuve à l'audience le 27 février.

France 2 et Charles Enderlin s'étaient montré moins affirmatifs sur l'origine des tirs. L'avocat de la chaîne, Me Francis Szpiner, qui s'est déclaré "attristé" par l'arrêt, a annoncé son intention de se pourvoir en cassation.


Pascale Robert-Diard
Article paru dans l'édition du 25.05.08

Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 12:44

LONGJUMEAU.

Louise Colcombet

jeudi 24 avril 2008 | Le Parisien

ImprimerEnvoyer

Des caméras seront autorisées à filmer des audiences aux prud'hommes. Objectif de ce test mené en Essonne : expliquer le monde de la justice au public.

LES NOSTALGIQUES de la série « Tribunal », qui reconstituait de vrais procès rejoués par des acteurs, pourront désormais goûter à l'original plutôt qu'à la copie. Yves Levrat, procureur général de la cour d'appel de Paris, vient d'annoncer à quelques tribunaux d'Ile-de-France qu'ils avaient été choisis pour mener un test sur l'entrée de la vidéo dans les prétoires. Parmi eux, les prud'hommes de Longjumeau.

Les autres sites choisis sont le tribunal de commerce de Paris, le tribunal de grande instance de Créteil (Val-de-Marne) pour les audiences correctionnelles, un tribunal d'instance de Seine-Saint-Denis et la cour d'appel de Paris.

Un test, qui devrait démarrer dès 2008, sera mené pendant trois ans. Les chaînes de télévision nationales seront autorisées à filmer et à retransmettre des procès, une grande première dans le monde judiciaire français. Si l'expérience s'avère concluante, la loi pourrait ensuite être modifiée.

« Il s'agit vraiment de faire de la pédagogie »

« Actuellement, il est interdit de prendre des photos et de filmer à l'intérieur des tribunaux, à l'exception des procès historiques ou d'autorisations exceptionnelles, détaille Claudy Carité, vice-président des prud'hommes de Longjumeau. L'objectif est d'améliorer la connaissance qu'ont les citoyens de la justice quotidienne, il s'agit vraiment de faire de la pédagogie. » D'où des tournages strictement encadrés, pour éviter toute dérive sensationnelle. « Les audiences spectaculaires ne seront pas filmées, c'est d'ailleurs pour cela que les assises, qui sont par essencedes procès hors du commun, ne font pas partie du test », précise encore Claudy Carité.

D'ores et déjà, Yves Levrat a édicté des conditions strictes : les personnes filmées doivent donner leur accord, les affaires impliquant des mineurs seront écartées, pas de gros plan, pas de sponsors ni de publicité avant, pendant ou après l'audience, égalité de temps d'antenne entre les deux parties...Surtout, la cour d'appel de Paris donnera son accord avant diffusion et celle-ci ne pourra intervenir qu'une fois que le tribunal aura rendu sa décision.

En juin prochain, les tribunaux concernés et les chaînes de télévision ont rendez-vous à la cour d'appel de Paris pour définir les modalités pratiques. Autour de la table : France Télévisions, TF 1, LCP (la chaîne parlementaire), i-télé, LCI, Arte, Planète Justice, M 6 et Canal +...

En attendant, s'il n'a pas eu d'explication officielle sur le choix de Longjumeau, Claudy Carité se réjouit d'une heureuse coïncidence. « Je ne sais pas s'il y a un lien, mais nos budgets de peinture ont été débloqués tout de suite »...par un certain Yves Levrat.

Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 10:23


22.04.08 | 16h50
Le tribu nal administratif de Châlons-en-Champagne a refusé de rétablir l'accréditation de l'hebdomadaire Paris-Match pour le procès des époux Fourniret à Charleville-Mézières en rejetant sa demande en référé, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Avec la décision du tribunal administratif, "il est reconnu que l'organisation d'un procès criminel relève de la seule compétence de l'autorité judiciaire", a constaté dans un communiqué Christophe Aubertin, le magistrat chargé des relations avec la presse au procès Fourniret qui se déroule depuis le 27 mars devant la cour d'assises des Ardennes.


Paris-Match avait saisi le tribunal en référé après avoir été privé de son accréditation pour avoir publié une photographie de Michel Fourniret prise pendant une audience de la cour d'assises, en infraction d'une loi de 1954 complétant la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

La décision de retrait de l'accréditation avait été prise le 3 avril par le président de la cour d'assises, ainsi que le premier président et le procureur général de la cour d'appel de Reims.

Le directeur de la rédaction de Paris-Match, Olivier Royant, avait protesté contre cette décision "disproportionnée", en soulignant que le cliché montrait "en flou et en silhouette" le tueur en série présumé.

De son côté le procureur général de Reims, Eric Enquebecq, avait affirmé que cette mesure rarissime répondait à une "violation délibérée" des règles et que la "confiance (dans la presse) avait été trahie".

Quelque 300 journalistes et techniciens ont été accrédités au procès de Michel Fourniret qui répond de sept meurtres aggravés de jeunes filles. L'accusé avait refusé, à l'ouverture du procès, de s'exposer aux prises de vue des photographes et cameramen, à l'inverse de son épouse et complice présumée, Monique Olivier.

Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 08:07

« La Mort n'oublie personne

 »... Vendredi et samedi, le palais de justice d'Arras offrira son cadre lambrissé à une fiction qui sera diffusée sur France 2, à l'automne prochain. Malik Zidi y tient le premier rôle, celui d'un jeune résistant... Tiré du roman de Didier Daenynckx La Mort n'oublie personne, le scénario met en scène Jean Ricouart, un très jeune homme entré dans la Résistance en mars 1944. Il est arrêté à la suite d'une opération au cours de laquelle il participe à l'exécution de collaborateurs.
Déporté en Allemagne, libéré puis transféré en Ukraine, il regagne son village, dans le Pas-de-Calais, en février 1946... Il y retrouve son premier amour, Marie, la fille d'un résistant qui l'avait caché après un attentat contre les Allemands et qui lui a, depuis, donné un fils, À partir de là se noue une intrigue nourrie par une vengeance en cascade... Réalisé par Laurent Heynemann, ce téléfilm «  expose avec une justesse historique des instants de vie tragiques, sans pour autant tomber dans une banale saga familiale », nous promet la société de production, La Main d'or création. Malik Zidi, qui fut César du meilleur espoir masculin en 2007 pour Les Amitiés maléfiques, y sera entouré par Judih Davis, Érick Desmarestz et Natacha Lindinger.
Si le palais de justice d'Arras a été choisi c'est parce que - faut-il s'en glorifier ? - son aspect est assez proche de celui d'un tribunal des années cinquante.
Le tournage arrageois durera deux jours, vendredi et samedi, au palais de justice mais aussi place des États-d'Artois. •

Les rédactions de La Voix du Nord
La Voix du Nord
Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 09:31

 
 
 
©
Origine : Fra. (2008) Stéréo.


Réalisation : Amal Moghaizel.
Date : 17/03/2008
Horaire : 20H55 - 22H50
Durée : 115 mn
Jeannot Riefflé, un mécanicien au chômage, sous le coup de la boisson, a grièvement blessé sa femme qui lui annonçait qu'elle le quittait, puis s'est remis à boire jusqu'à l'arrivée des gendarmes et à une nouvelle fusillade. David Anssens a abattu son père, dont la tyrannie s'exerçait sur toute la famille. Deux jeunes d'un petit village ont masssacré un cadre parisien pour lui voler sa carte de crédit et financer leurs projets de voyage. Ces trois tragédies se sont déroulées dans le département de l'Oise où elles sont jugées en procès d'assises. Magistrats, experts, journalistes et familles des victimes témoignent. Des jurés, également, qui, s'ils ne peuvent pas commenter le déroulement du procès, abordent le dilemme moral qu'ils ont dû affronter.
 
Imprimer cette page


Repost 0
Published by David Castel - dans La Justice en Images
commenter cet article

JUSTICE PARTOUT

Recherche

Belles lignes!

Archives

Justice Brulante

  • Intime Conviction déménage et voit grand !
    Chers lecteurs, en raison du succès d'intime conviction dont vous êtes les principaux responsables, votre quotidien judiciaire déménage pour devenir plus performant, plus attrayant....bref, ce n'est que justice à votre égard : voici sa nouvelle adresse...
  • La défense du juge Burgaud attaque la Chancellerie
    Le juge Burgaud dit au CSM n'avoir pas "failli",sa défense attaque la Chancellerie Fabrice Burgaud a affirmé lundi au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) n'avoir jamais "failli" à ses devoirs, tandis que ses défenseurs accusaient la Chancellerie...
  • Assises de la semaine
    Un russe accusé d'un assassinat à Nice Braquage et prise d'otage Huit ans de prison pour des viols sur mineure Tentative de meurtre 12 ans de réclusion
  • Correctionnelles de la semaine
    Tag antisémite La bagarre familiale Incendies de caravanes Alcoolémie mortelle
  • Le sursis de la dernière chance pour un chauffard
    Publié le 29/01/2009 04:42 | Sylvie Ferré C'est la troisième fois que ce quadragénaire est interpellé au volant de sa voiture sous l'empire de l'alcool. L'audience correctionnelle d'hier après-midi a démarré par une procédure de comparution immédiate....
  • Assises du jour
    L'incendiaire Les agresseurs de Damiano Tamagni Le cambriolage nocturne. L'incendiaire Le calvaire de l'adolescente Tentative d'assassinat Une voiture mal parquée Viol sur personne vulnérable 10 ans pour viols et agressions sexuelles
  • Astérix au tribunal
    LE MONDE | 29.01.09 | 16h25 • Mis à jour le 29.01.09 | 16h25 a zizanie règne au sein de la famille Uderzo. Sylvie, fille unique d'Albert, le dessinateur d'Astérix est en conflit ouvert avec son père à propos d'un litige sur la propriété des droits du...
  • La justice sur le dos de la garde des Sceaux
    Société 24 janv. 6h51 Les réformes, et les méthodes, de la ministre ont uni l’ensemble des professions judiciaires contre elle. 6 réactions ONDINE MILLOT «Rachida Dati est un fidèle soldat du sarkozysme», répète aujourd’hui un de ses proches pour expliquer...
  • Spéciale Prisons
    Suicides LE SUICIDE EN PRISON La prévention des suicides en prison Mesures de vigilances La vague préoccupe l'administration Conditions Conditions de détention : les détenus ne peuvent saisir la justice Les cours de promenade font peur Rachida Dati fait...
  • 18 mois de prison… par erreur
    Justice - Jean-Marc Aubert, le mercredi 28 janvier 2009 à 04:00 lu 300 fois · aucun commentaire --> Le faux coupable possédait pourtant toutes les preuves… Jeudi, la chambre civile de la cour d’appel de Montpellier fixera le prix « d’une erreur monumentale,...