Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 08:25

Chers lecteurs, en raison du succès d'intime conviction dont vous êtes les principaux responsables, votre quotidien judiciaire déménage
pour devenir plus performant, plus attrayant....bref, ce n'est que justice à votre égard :

voici sa nouvelle adresse :


      
       
          http://www.intimeconviction.fr/


              - nouvelles chroniques/nouveaux chroniqueurs  
- des vidéos en ligne relatives à la justice
- des interviews sur  l'actualité judiciaire


                              La justice : ses réformes, ses affaires, ses dysfonctionnements... n'ont jamais été aussi présents dans l'actualité, il est donc nécessaire qu'un média se spécialise dans ces domaines qui touchent souvent à nos libertés fondamentales.

Les affaires judiciaires sont trop régulièrement survolées par des journalistes n'ont spécialisés qui s'attachent plus au(x) scandale(s) qu'au fond.

Intime Conviction continuera de faire une revue de presse, mais nous ajouterons, quand nous le jugerons nécessaire, des bandeaux d'informations, quand nous trouverons l'information incomplète où tout simplement mal comprise.

A ce titre, ne possèdant pas la science infuse, l'équipe d'Intime Conviction vous encourage à publier des commentaires; en effet, nous sommes très attachés à vos avis qu'ils soient étayés d'arguments juridiques ou non, car nous sommes convaincus qu'en ce domaine, le fameux principe de transparence de la justice ne représente rien si les citoyens ne sont pas en mesure de donner leurs impressions.
(nous n'effectuons aucune censure excepté si les propos prennaient une tournure illégale, raciste ou incitatrice à la violence)


Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre journal ainsi qu'à la justice en général.
A ce titre, n'hésitez pas à répondre au sondage (en un clic) sur la justice, que nous vous proposons sur notre nouveau support :
http://www.intimeconviction.fr/


Enfin, le nouveau site garde un lien permanent avec l'ancien intimeconviction.com en guise d'archives des centaines d'articles déjà publiés.
 

Partager cet article

Repost 1
Published by Benjamin Brame - dans Intime Conviction
commenter cet article

commentaires

2018 Best SUV 22/12/2016 13:23

Your article has piqued a lot of positive interest. I can see why since you have done such a good job of making it interesting.

Nadine 03/07/2015 15:12

Ce site était vraiment super intéressant en tout cas ! J'en m'en servais en appui de mes études ! ça m'a beaucoup aidé ! Merci, et je vous suis sur l'autre site.

jades 09/04/2010 20:14



Thanks for the link.


Bises,


jades.



Yannick Massé 22/06/2009 18:53


Victime d'une terrible erreur judiciaire, DANIEL MASSÉ DEMANDE L'ANNULATION DE SA CONDAMNATION À 25 ANS DE PRISON DEVANT LA COMMISSION DE RÉVISION DES CONDAMNATIONS PÉNALES.
[ Téléchargez la Requête du 22-05-2009 au format PDF ]


Tout a commencé le 16 décembre 1994, lorsque mon père a été accusé de façon immédiate et brutale par M. et Mme Hernandez d’être la personne qui avait déposé, devant les locaux de leur entreprise de fabrication de lentilles souples, un colis piégé, une bombe incendiaire de type cocktail Molotov. Ce colis piégé, Mme Hernandez l’avait rentré dans le local et avait demandé à son mari de l’ouvrir, ce qui leur avait occasionné, à M. Hernandez plus particulièrement, de graves brûlures. La seule charge du dossier : L'accusation fantaisiste portée contre mon père par les victimes Mon père a été mis aussitôt en garde-à-vue mais il a été relâché et les gendarmes ont écrit qu’ils ne disposaient d’aucune charge; il n’a pas non plus été présenté au Parquet. Mais aussitôt, l’administration judiciaire a considéré qu’il n’y avait pas lieu de vérifier la valeur des accusations proférées par les époux Hernandez et qu’elle pouvait décréter mon père coupable a priori. Le parquet a osé écrire qu’il était considéré « présumé coupable » en attendant de trouver des charges et c’est ainsi qu’il a été mis en détention provisoire, détention qui a cessé au bout de six mois, puisque l’enquête n’avançait pas. Les investigations ont donc été menées par le juge d’instruction Fernandez dans un seul sens : Il fallait trouver des traces de la fabrication du colis dans le garage de notre maison, on n’a trouvé strictement aucune trace. Il fallait que mon père ait menacé les Hernandez puisque ces derniers l’affirmaient, il n’y avait trace d’aucune menace, mon père n’ayant jamais menacé personne. Il fallait que mon père soit la personne qui avait écrit l’adresse de l’entreprise sur le colis, on n’a comparé que son écriture pour n’aboutir qu’à de vagues hypothèses - alors que la requête révèle aujourd'hui que l’écriture d’un autre protagoniste en est beaucoup plus proche. Il fallait que mon père ait un mobile et qu’il veuille se venger, il n’y avait pas de mobile même s’il subsistait un petit différent commercial de 30 000 francs qui pouvait se régler devant n’importe quel tribunal d’instance à son bénéfice puisqu’il s’agissait d’appliquer un contrat en bonne et due forme que l’instruction s’est ingéniée à écarter comme s’il n’existait pas. Il y avait deux éléments dans le colis qui pouvaient certes servir à désigner mon père mais dont la présence signifie bien plutôt qu’ils ont été choisis à dessein, en vue de l’accuser. Un acharnement vain et destructeur Et comme on ne trouvait rien à charge contre mon père, on a fait durer l’instruction 5 ans et 3 mois. Cinq ans et Trois mois pendant lesquels nous avons vu notre famille et chacune de nos vies saccagées. Saccagées par un acharnement univoque et incompréhensible sans preuve, ni témoin, ni aveux. L’affaire n’aurait jamais dû être renvoyée devant les assises tellement les charges réunies étaient inexistantes et consistaient en allégations discordantes, mais l’administration s’est acharnée encore à nuire et à nuire encore à mon père, à nuire à notre famille, à ne jamais s’interroger sur la valeur des accusations, alors qu’elles étaient en réalité fantaisistes. Mon père a été acquitté en première instance, qu’importe, le parlement a justement voté une loi pour permettre au procureur de faire appel de cet acquittement en violation du principe de la non-rétroactivité des lois. Le président de la cour d’assises d’appel, M. Richiardi, a décidé de faire des investigations à charge contre mon père pour obtenir à toute force les charges manquantes et une condamnation, avant de se prétendre impartial en présidant après avoir instruit. Comme le premier procès d’appel ne se déroulait pas comme prévu, il l’a fait renvoyer et il a siégé de nouveau en double violation des dispositions légales. 25 ans de prison et 800 000 euros de dommages et intérêts sur la base d’un dossier VIDE. Un Comité de soutien que je préside s’est formé pour venir au secours de mon père et lui rendre son honneur et sa dignité - obtenir sa réhabilitation - faire échec à une justice qui n’est pas la justice républicaine, qui n’est pas la justice d’un pays démocratique. Mon père vient, avec mon aide et l’aide de tous les membres qui composent le comité de soutien, de déposer une requête en révision pour que sa condamnation soit annulée sans renvoi. Cette requête reprend le dossier et l’examine avec sérieux et précision : Elle reprend toutes les allégations, les erreurs, les imprécisions de l’accusation et surtout : elle dévoile la vérité enfin élucidée de ce dossier. La requête en révision révèle enfin le véritable mobile : La spoliation de M. Hernandez de son entreprise Il ne s’agissait pas d’une vengeance. Ce n’est pas mon père qui était impliqué. C’est M. Hernandez qui était visé et qu’on a voulu violemment intimider. Car à l'époque de l’explosion, la propriété de l’entreprise change subrepticement de main et M. Hernandez perd les deux tiers des 90 parts sur 100 qu’il possédait au profit de son beau-père, sans aucune contrepartie. Ce qui est resté totalement inconnu des juges. Car tout ceci, qui mettait en cause une partie de la famille Hernandez, l’instruction n’a pas pu, n’a plus voulu le trouver, elle n’a pas voulu prendre en compte le fait qu’il s’agissait en réalité d’une affaire de famille et que l’accusation portée contre mon père cachait idéalement l’extorsion dont M. Hernandez ne fera jamais état non plus. Aujourd’hui nous voulons simplement que la Cour de Cassation - formée en Commission de Révision - examine avec diligence la demande de suspension de sa condamnation que mon père a formulée, qu’elle prenne enfin en compte le véritable mobile qui ne concerne mon père en aucune façon mais concerne uniquement M. Hernandez, son épouse et son beau-père. Au nom de mon père Daniel Massé, au nom de tous ceux qui nous ont rejoints dans notre combat pour une autre justice, je vous remercie de m’avoir prêté votre attention. Merci pour votre soutien. Yannick Massé - Président du Comité de Soutien à Daniel Massé Le texte intégral de cette requête est à présent disponible a

Yannick Massé 22/06/2009 18:50

[b]Victime d'une terrible erreur judiciaire,DANIEL MASSÉ DEMANDE L'ANNULATION DE SA CONDAMNATION À 25 ANS DE PRISON DEVANT LA COMMISSION DE RÉVISION DES CONDAMNATIONS PÉNALES.[/b][center][ [url=http://www.presume-coupable.com/downloads.php?cat_id=6&download_id=9]Téléchargez la Requête du 22-05-2009 au format PDF[/url] ][/center][i]Tout a commencé le 16 décembre 1994, lorsque mon père a été accusé de façon immédiate et brutale par M. et Mme Hernandez d’être la personne qui avait déposé, devant les locaux de leur entreprise de fabrication de lentilles souples, un colis piégé, une bombe incendiaire de type cocktail Molotov.Ce colis piégé, Mme Hernandez l’avait rentré dans le local et avait demandé à son mari de l’ouvrir, ce qui leur avait occasionné, à M. Hernandez plus particulièrement, de graves brûlures.[/i][b]La seule charge du dossier :[u]L'accusation fantaisiste portée contre mon père par les victimes[/u][/b][i]Mon père a été mis aussitôt en garde-à-vue mais il a été relâché et les gendarmes ont écrit qu’ils ne disposaient d’aucune charge; il n’a pas non plus été présenté au Parquet.Mais aussitôt, l’administration judiciaire a considéré qu’il n’y avait pas lieu de vérifier la valeur des accusations proférées par les époux Hernandez et qu’elle pouvait décréter mon père coupable a priori.Le parquet a osé écrire qu’il était considéré « présumé coupable » en attendant de trouver des charges et c’est ainsi qu’il a été mis en détention provisoire, détention qui a cessé au bout de six mois, puisque l’enquête n’avançait pas.Les investigations ont donc été menées par le juge d’instruction Fernandez dans un seul sens :[u]Il fallait trouver des traces de la fabrication du colis dans le garage de notre maison[/u], on n’a trouvé strictement aucune trace.[u]Il fallait que mon père ait menacé les Hernandez puisque ces derniers l’affirmaient[/u], il n’y avait trace d’aucune menace, mon père n’ayant jamais menacé personne.[u]Il fallait que mon père soit la personne qui avait écrit l’adresse de l’entreprise sur le colis[/u], on n’a comparé que son écriture pour n’aboutir qu’à de vagues hypothèses - alors que la requête révèle aujourd'hui que l’écriture d’un autre protagoniste en est beaucoup plus proche.[u]Il fallait que mon père ait un mobile et qu’il veuille se venger[/u], il n’y avait pas de mobile même s’il subsistait un petit différent commercial de 30 000 francs qui pouvait se régler devant n’importe quel tribunal d’instance à son bénéfice puisqu’il s’agissait d’appliquer un contrat en bonne et due forme que l’instruction s’est ingéniée à écarter comme s’il n’existait pas.Il y avait deux éléments dans le colis qui pouvaient certes servir à désigner mon père mais dont la présence signifie bien plutôt qu’ils ont été choisis à dessein, en vue de l’accuser.[/i][b][u]Un acharnement vain et destructeur[/u][/b][i]Et comme on ne trouvait rien à charge contre mon père, on a fait durer l’instruction 5 ans et 3 mois. Cinq ans et Trois mois pendant lesquels nous avons vu notre famille et chacune de nos vies saccagées. Saccagées par un acharnement univoque et incompréhensible sans preuve, ni témoin, ni aveux.L’affaire n’aurait jamais dû être renvoyée devant les assises tellement les charges réunies étaient inexistantes et consistaient en allégations discordantes, mais l’administration s’est acharnée encore à nuire et à nuire encore à mon père, à nuire à notre famille, à ne jamais s’interroger sur la valeur des accusations, alors qu’elles étaient en réalité fantaisistes.Mon père a été acquitté en première instance, qu’importe, le parlement a justement voté une loi pour permettre au procureur de faire appel de cet acquittement en violation du principe de la non-rétroactivité des lois.Le président de la cour d’assises d’appel, M. Richiardi, a décidé de faire des investigations à charge contre mon père pour obtenir à toute force les charges manquantes et une condamnation, avant de se prétendre impartial en présidant après avoir instruit. Comme le premier procès d’appel ne se déroulait pas comme prévu, il l’a fait renvoyer et il a siégé de nouveau en double violation des dispositions légales.25 ans de prison et 800 000 euros de dommages et intérêts sur la base d’un dossier [b]VIDE[/b].Un Comité de soutien que je préside s’est formé pour venir au secours de mon père et lui rendre son honneur et sa dignité - obtenir sa réhabilitation - faire échec à une justice qui n’est pas la justice républicaine, qui n’est pas la justice d’un pays démocratique.Mon père vient, avec mon aide et l’aide de tous les membres qui composent le comité de soutien, de déposer une requête en révision pour que sa condamnation soit annulée sans renvoi.Cette requête reprend le dossier et l’examine avec sérieux et précision :Elle reprend toutes les allégations, les erreurs, les imprécisions de l’accusation et surtout : elle dévoile la vérité enfin élucidée de ce dossier.[/i][b]La requête en révision révèle enfin le véritable mobile :[u]La spoliation de M. Hernandez de son entreprise[/u][/b][i]Il ne s’agissait pas d’une vengeance. Ce n’est pas mon père qui était impliqué. C’est M. Hernandez qui était visé et qu’on a voulu violemment intimider. Car à l'époque de l’explosion, la propriété de l’entreprise change subrepticement de main et M. Hernandez perd les deux tiers des 90 parts sur 100 qu’il possédait au profit de son beau-père, sans aucune contrepartie. Ce qui est resté totalement inconnu des juges.Car tout ceci, qui mettait en cause une partie de la famille Hernandez, l’instruction n’a pas pu, n’a plus voulu le trouver, elle n’a pas voulu prendre en compte le fait qu’il s’agissait en réalité d’une affaire de famille et que l’accusation portée contre mon père cachait idéalement l’extorsion dont M. Hernandez ne fera jamais état non plus.Aujourd’hui nous voulons simplement que la Cour de Cassation - formée en Commission de Révision - examine avec diligence la demande de suspension de sa condamnation que mon père a formulée, qu’elle prenne enfin en compte le véritable mobile qui ne concerne mon père en aucune façon mais concerne uniquement M. Hernandez, son épouse et son beau-père.Au nom de mon père Daniel Massé, au nom de tous ceux qui nous ont rejoints dans notre combat pour une autre justice, je vous remercie de m’avoir prêté votre attention.[/i][i]Merci pour votre soutien.Yannick Massé - Président du [url=http://www.presume-coupable.com/news.php?readmore=40]Comité de Soutien à Daniel Massé[/url][/i]Le texte intégral de cette requête est à présent disponible au téléchargement au format PDF Acrobat, tout comme ses annexes, après identification sur le site [url=http://www.presume-coupable.com]Presume-coupable.com[/url].N'hésitez pas à prendre connaissance ci-dessous des documents et [u]des éléments nouveaux présentés qui mettent à jour le véritable mobile qui ne concernait pas Monsieur Massé, mettant au contraire en cause certaines des personnes liées à la propriété de l'entreprise et qui, à l’époque de l’explosion précisément, ont réussi à s’en emparer par cette intimidation[/u].[center][b][url=http://www.presume-coupable.com/downloads.php?cat_id=6&download_id=9]Requête 22-05-2009 au format PDF[/url][/b][url=http://www.presume-coupable.com/downloads.php?cat_id=6&download_id=10]Annexe 1[/url] · [url=http://www

JUSTICE PARTOUT

Recherche

Belles lignes!

Archives

Justice Brulante

  • Intime Conviction déménage et voit grand !
    Chers lecteurs, en raison du succès d'intime conviction dont vous êtes les principaux responsables, votre quotidien judiciaire déménage pour devenir plus performant, plus attrayant....bref, ce n'est que justice à votre égard : voici sa nouvelle adresse...
  • La défense du juge Burgaud attaque la Chancellerie
    Le juge Burgaud dit au CSM n'avoir pas "failli",sa défense attaque la Chancellerie Fabrice Burgaud a affirmé lundi au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) n'avoir jamais "failli" à ses devoirs, tandis que ses défenseurs accusaient la Chancellerie...
  • Assises de la semaine
    Un russe accusé d'un assassinat à Nice Braquage et prise d'otage Huit ans de prison pour des viols sur mineure Tentative de meurtre 12 ans de réclusion
  • Correctionnelles de la semaine
    Tag antisémite La bagarre familiale Incendies de caravanes Alcoolémie mortelle
  • Le sursis de la dernière chance pour un chauffard
    Publié le 29/01/2009 04:42 | Sylvie Ferré C'est la troisième fois que ce quadragénaire est interpellé au volant de sa voiture sous l'empire de l'alcool. L'audience correctionnelle d'hier après-midi a démarré par une procédure de comparution immédiate....
  • Assises du jour
    L'incendiaire Les agresseurs de Damiano Tamagni Le cambriolage nocturne. L'incendiaire Le calvaire de l'adolescente Tentative d'assassinat Une voiture mal parquée Viol sur personne vulnérable 10 ans pour viols et agressions sexuelles
  • Astérix au tribunal
    LE MONDE | 29.01.09 | 16h25 • Mis à jour le 29.01.09 | 16h25 a zizanie règne au sein de la famille Uderzo. Sylvie, fille unique d'Albert, le dessinateur d'Astérix est en conflit ouvert avec son père à propos d'un litige sur la propriété des droits du...
  • La justice sur le dos de la garde des Sceaux
    Société 24 janv. 6h51 Les réformes, et les méthodes, de la ministre ont uni l’ensemble des professions judiciaires contre elle. 6 réactions ONDINE MILLOT «Rachida Dati est un fidèle soldat du sarkozysme», répète aujourd’hui un de ses proches pour expliquer...
  • Spéciale Prisons
    Suicides LE SUICIDE EN PRISON La prévention des suicides en prison Mesures de vigilances La vague préoccupe l'administration Conditions Conditions de détention : les détenus ne peuvent saisir la justice Les cours de promenade font peur Rachida Dati fait...
  • 18 mois de prison… par erreur
    Justice - Jean-Marc Aubert, le mercredi 28 janvier 2009 à 04:00 lu 300 fois · aucun commentaire --> Le faux coupable possédait pourtant toutes les preuves… Jeudi, la chambre civile de la cour d’appel de Montpellier fixera le prix « d’une erreur monumentale,...